Fotolia_25510108_XS-2C’est le début de la belle saison et des journées chaudes et ensoleillées!  Un temps de l’année où une foule de souvenirs remontent en moi.

Des odeurs de Popsicle au Jell-o, des saucettes sous l’arrosoir pour que l’eau de la piscine soit plus chaude, des blocs Lego plein le carré de sable, la sensation de se coucher sur le pavé brulant en maillot de bain pour se réchauffer, des balades en vélo avec les amis et les rues du quartier remplies de dessins réalisés à la craie. Le temps s’arrêtait l’espace de deux mois pour laisser place à notre créativité la plus pure.

Un temps où l’on avait l’opportunité d’inventer nos propres jeux et où l’on avait le temps de regarder les fourmis construire leur nid, les chenilles devenir des papillons, les têtards se transformer en grenouilles et les grenouilles exploser en fumant une cigarette… Oups, je vous révèle mon coté rebelle… Je suis certaine que plusieurs s’y reconnaissent!

J’ai eu la chance que ma mère soit à la maison tout au long de ma jeunesse et de bénéficier de ce temps de qualité et d’une cour remplie d’amis, matin, après-midi, soir et même la nuit, car mon père avait installé une tente à l’extérieur pour y faire du camping avec nos amies, ma sœur et moi. La maison de rêve du quartier!

Je pousse même l’excentricité en vous disant qu’un été, ma mère avait sorti le téléviseur à l’extérieur sur la terrasse pour ne rien manquer des Jeux Olympiques. Faut le faire! Serez-vous aussi audacieux cet été pour les Jeux de Londres?

Je vous parle de tout ça, car j’ai fait le choix, depuis 5 ans, de profiter de l’été avec mon fils. Un choix qui n’a pas toujours été évident en raison de considérations financières, mais un choix que je ne regretterai jamais. À mon tour, je fais des Popsicle au Jell-o et j’invite les amis à la maison. Je me garde cependant une réserve pour ce qui est de la grenouille…

Il nous arrive parfois d’avoir des journées à ne rien faire et simplement relaxer sans même trop parler. On appelle cela nos journées à regarder pousser les tomates… Une expression que j’adore et qui est devenue populaire avec le temps.

Je vous souhaite de vivre des instants privilégiés et mémorables cet été : Planifiez une journée avec ceux que vous aimez pour regarder pousser les tomates!

Vous comprendrez que derrière cette métaphore se cachent de bons moments de lâcher prise, sans horaires, sans contraintes et plein de détente, et ce sans culpabilité.

Une belle leçon à transmettre à nos enfants qui auront cet apprentissage à faire un jour ou l’autre. N’est-ce pas?

Article dédié à mes parents qui m’ont offert des étés de rêve. Merci!

 

3 Responses to Regarder pousser les tomates…

  1. Cendrine dit :

    Très beau texte et belle vidéo, Caroline. Ton garçon est charmant! Bonnes vacances à vous également! Moi aussi, j’avais fait le choix de donner du temps de qualité à mes filles l’été et en tout temps. Le choix d’être travailleuse autonome y est pour beaucoup! Mais, maintenant, elles sont grandes et commencent à voler pas mal de leurs propres ailes. Mais je suis autant présente pour elles. Et je crois – et même j’en suis certaine – qu’elles ont apprécié leur jeunesse loin des services de garde après l’école et pendant les vacances…

    • Caroline dit :

      Merci Cendrine pour ce précieux commentaire! Le temps et la qualité de présence qu’on offre à nos enfants sont de vrais trésors pour la vie… xxx

  2. Sophie dit :

    Très chère Caroline. Quelle belle histoire, fraîche comme une brise d’air frais qui m’a fait sourire et realiser que certaines histoires, que l’on crois personnelles, sont souvent presque universelles… (Ceci dit, il faudra que David m’organise un rendez-vous avec une grenouille fumante, j’ai jamais vu ça!!!)

    Blague à part, ton texte est, à ton image, c’est-à-dire plein d’amour, d’humour est de sagesse… Merci de nous rappeler de regarder pousser les tomates… C’est probablement l’activité clé pour conserver la sérénité. Merci xox

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × trois =