C’est bien connu, la nature possède de très grandes ressources pour s’adapter aux changements climatiques et à diverses circonstances plus arides ou catastrophiques. La force et la rapidité qu’a la nature à s’adapter aux changements se comparent à la capacité que nous possédons tous à pouvoir changer nos mauvaises habitudes en redéfinissant notre discours intérieur et en créant de nouveaux réseaux de pensées dans notre cerveau. Cela fait en sorte que de nouvelles croyances et habitudes prennent le dessus et éveillent notre vérité et notre vraie force intérieure.

Une fleur parvient à pousser et s’épanouir dans le désert en puisant dans ses racines profondes, très loin dans le sol, pour nourrir et atteindre sa pleine maturité. Un cheminement qui demande beaucoup de détermination et de capacité d’adaptation.

Lors d’un récent voyage au cœur du désert de Joshua Tree, j’ai été tout d’abord renversée par tant de beauté pour ensuite ressentir un grand vide, à la fois troublant et apaisant causé par le silence du désert et la mort qu’il incarne.

Comment une fleur peut-elle arriver à survivre et se frayer un chemin dans ce climat si sec et si aride? C’est une adaptation qui s’est faite au fil du temps !

Je venais de trouver la façon simple et efficace d’expliquer ce processus de transformation de notre cerveau : La neuroplasticité.

Le cerveau possède la capacité à se modifier en fonction des expériences, de l’éducation ou des pensées. De la même façon et par la force des choses, la fleur a réussi à modifier ses règles de fonctionnement habituelles en explorant d’autres avenues pour ainsi survivre et devenir une des beautés du désert.

On peut aussi comparer ce processus de changement à un sentier dans la forêt.  En empruntant toujours le même chemin, il se crée une habitude. Le réflexe est donc tout naturel de choisir à nouveau ce même chemin car il est déboisé, facile à circuler et exempt d’embûche. En changeant de parcours, il sera plus difficile de progresser et de s’orienter pour se rendre à destination. Cependant, s’il s’avère que le paysage soit différent et que la  randonnée soit plus agréable en terme de découvertes, il sera plus facile d’y revenir car le chemin sera déjà tracé. Plus ont y retourne et plus le sentier est clair et facile d’accès.

Il en est de même lorsque vous décidez de changer de mauvaises habitudes ou certaines de vos pensées. Cet automne j’animerai un atelier en ligne qui vous permettra d’explorer ce processus de changement en 4 étapes qui permet de créer de nouveaux « circuits » de pensées et finalement de vous libérer de vos blocages!

Aurez-vous l’audace de changer de parcours et reprendre le contrôle de votre vie?

Inscrivez-vous en ligne ICI!

4etapes-ban2

OÙ :
 
QUAND :
 
 
TARIF :
 
Thèmes abordés :
 
 
 
6 Ateliers offerts en ligne via web conférence
 
Tous les mardis midis, entre 12 et 13h
Du 24 septembre au 29 octobre
 
247$
 
  • Les 7 niveaux d’énergie
  • La neuroplasticité
  • Comprendre la différence entre le cerveau et l’esprit
  • 4 étapes pour changer vos mauvaises habitudes et vos pensées néfastes
  • Les impacts de la bienveillance, la méditation et la présence attentive
  • Comment reconnecter avec sa vérité et ses VRAIES pensées
  • Stratégies pour passer à l’action pour soi, son entourage ou ses clients.

 

place

Au plaisir !

Caroline

 

 

2 Responses to Comment une fleur peut-elle pousser dans le désert ?

  1. Chère Caro,

    Quelle belle analogie que celle de la fleur qui pousse dans le désert. Pour moi, cette image représente la détermination et la force de vie et au fond, nos 2 métaphores se rejoignent puisqu’ils faut de la détermination pour changer nos pensées. Comme la fleur qui pousse petit à petit, c’est à long terme que l’on voit les fruits de nos efforts de recadrage de nos pensées.
    Sophie xox

    • Caroline dit :

      Merci Sophie pour ce beau feedback! C’est tout à fait le sens de mon message et tu as bien saisi la force de la métaphore! xx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − huit =