Depuis plus de cinq ans, je découvre avec une avide curiosité, les conclusions des récentes recherches dans le domaine de la neuroscience et cela me fascine au plus haut point. L’an, dernier, j’ai poussé ma curiosité  en participant à un programme de « brain training » offert par Praxis Now aux États-Unis et j’ai pu avoir accès à des mentors et des conférenciers de haut calibre. Depuis, j’ai enrichi mes séances de coaching à partir de ces apprentissages et je constate concrètement l’impact des émotions, de la visualisation, du discours interne et de la méditation sur le cerveau.

Saviez-vous que votre cerveau évolue constamment en créant de nouvelles connexions en fonction de vos nouvelles expériences, vos apprentissages, et par le développement de nouvelles compétences. Ces connexions influencent vos pensées, vos croyances, vos habitudes et vos émotions. Les parties du cerveau humain qui sont directement reliées à la motivation, la conscience sociale, l’équilibre émotionnel et la prise de décisions  sont  parmi les circuits neuraux les plus flexibles du cerveau. Ces circuits neuraux agissent comme un logiciel dans un ordinateur. Changez le logiciel et vous changez le résultat.

En fait, une des  récentes recherches montre que  l’entrainement quotidien de notre cerveau à la visualisation positive, la reformulation et la méditation contribue à une meilleure communication entre toutes les parties du cerveau.On devient donc ce que l’on pense!

Ce que l’on cherche à faire en coaching, c’est de créer un changement c’est-à-dire à créer de nouvelles connexions cérébrales. Or on se rend compte que la motivation et l’information ne suffisent pas à créer ce changement. Les actions suivantes sont essentielles au succès de la démarche :

  • Identifier et nommer les émotions :
    Cette étape, qui semble si simple, mais qui peut s’avérer plus complexe, est le socle de la démarche. Savoir mettre les mots sur ce qui est vivant en nous en terme de senti et de besoin, nous amène instantanément dans un état de paix intérieure et de clarté.
  • Reformulation positive :
    Je vous invite à écouter votre discours interne pendant une minute et découvrir la nature de la conversation que vous entretenez avec vous-même. La vigilance est de mise pour provoquer un changement positif dans votre vie ou pour atteindre un objectif audacieux. Les affirmations positives créent de nouvelles  croyances et habitudes. Votre monde extérieur est une réflexion de votre monde interne ou votre programmation interne. En fait, vous devenez ce à quoi vous pensez le plus.
  • Visualisation :
    Les cellules du cortex visuel sont plus nombreuses, plus profondes et plus riches que  celles du cortex auditif. Pour le cerveau il n’y a pas de différence significative entre visualiser un concept dans la vraie vie et visualiser par l’esprit. C’est ce qui explique le pouvoir de la visualisation dans le domaine du sport et le pouvoir des éléments visuels dans la compréhension de nouveaux concepts.
    En vous concentrant sur des intentions et des objectifs positifs dans un état profond de relaxation, votre cerveau se réorganise. Il traite de nouvelles informations avec une plus grande efficacité. Il supprime les tendances naturelles du cerveau à être constamment distrait.
  • Méditation :
    La méditation régulière entraîne votre cerveau à se concentrer sur son objectif sans se laisser distraire, tout en créant de nouveaux circuits neuronaux en fonction de votre vision.
    L’observation et l’intention sont essentielles dans l’univers quantique. Il n’y a pas d’objectif dans l’univers plus puissant que l’intention précise.

Enfin, une démarche de coaching s’appuyant sur des connaissances neuroscientifiques permet donc, entre autres :

  • de réduire la peur liée au changement venant du système limbique et particulièrement l’amygdale (en s’attachant à donner de la visibilité sur l’objectif, le plan, les étapes et à préciser les actions),
  • de se concentrer (en dégageant les pensées parasites qui viennent sur le chemin de notre productivité)
  • et ainsi d’être plus efficace, en normalisant les émotions, en déjouant les pièges du cerveau (c’est-à-dire deux instincts primitifs puissants : éviter la douleur et avoir du plaisir).

 Caroline

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 3 =